16 mar. 2020

Éditorial

 

Bonjour à tous !

Avant de commencer, je tenais à m'excuser de ce léger retard de parution, notre équipe fait ce qui est en son pouvoir pour vous assurer la meilleure édition possible. Je tiens à remercier tous les non-chroniqueurs qui participent à la vie de la VIP, que ce soit en écrivant - c'est ouvert à tous ! -, ou simplement en commentant, c'est aussi ça qui donne l'envie de faire toujours mieux ! Malgré tout, c'est une édition plus légère qu'à l'habitude qui s'offre à vous ce mois-ci, avec une jolie dizaine d'articles. J'espère que vous saurez les apprécier ! Pour rappel, n'hésitez pas à envoyer votre candidature si vous souhaitez rejoindre nos rangs, après tout plus on est de fous, plus on rit !

Je finirai cet éditorial en vous demandant de prendre soin de vous, de vos proches, et de faire attention à votre entourage, parce qu'on ne néglige jamais la santé et les relations. Je vous souhaite à tous une bonne lecture, et j'espère de tout coeur que cette nouvelle édition vous plaira. On se retrouve dans les commentaires !

 

 

 

 

Les perles de la Cave

Vous n’avez pas le temps de venir sur la #Cave ? Ou vous n’avez tout simplement pas l’envie ? Ce n’est pas grave, le salon vient à vous. Vous allez pouvoir retrouver quelques petites pépites de ce dernier mois avec nos petits commentaires.

 

AhlemRP : Nn Kazga en vrai j'ai pas envie tu me grognes dessus

(Ah ? Kazga est donc un animal ? Première nouvelle. C’est quel animal à votre avis ? Son grognement est assez grave)

 

Mathou : Pourquoi tu t'appelles Cafard ? :o
Cafard : Je révèle enfin ma vraie nature

(Finalement nous avons trouvé. Un insecte envahissant doté d’un grognement assez étonnant… qui gesticule au sein de la cave afin de trouver son partenaire Oggy.)

 

Drayryfore : Demande à Kazga
Mathou égorge Drayryfore
Drayryfore : mdrrrrr
Mathou : jpp de cette phrase haha
13:00 Kazga has joined (Kazga@TGPIRC-a94.4g6.184.92.IP)

(Vous cherchez quelqu'un ? Vous voulez parler à une personne ? Contactez Drayryfore, elle peut vous l'appeler).

 

Alita : bon sinon, il y a pas de potins aujourd'hui, je suis en manque, je suis pas sortie depuis 1 semaine et c'est pas fini.

(J’imagine qu’il est question ici d’une des disciples de Dagger. A moins que cette dernière se soit réincarnée en Alita, tapi dans son ombre, tel un serpent attendant son heure pour frapper. Une enquête s’impose.)

 

Bouuh : j'ai trouvé des boutons de manchettes pour avoir 10 points gratos :')

(C’est possible de partager les boutons de manchettes ? C'toujours agréable d'avoir des points gratos. Mais bon, si tu as du chocolat en stock, je suis également preneuse !)

 

Kazga : Prends ma danse pour un oui aussi

(Y a moyen de te voir danser pour toutes les demandes que je vais te faire ?)

 

Ahlem : jsuis tellement vieille
jme suis pétée la dent avec un carambar toute à l'heure

(Nouvelle promo chez Honeydukes : Un dentier pour la vieille auror stp)

 

Ahlem : non Kye pcq je mange tout le temps au bureau
des gâteaux tte ma vie
Physio : Mdrrr
Ahlem : mon bureau c'est une armoire à gâteaux
Physio : Ca arrive
Ahlem : t'ouvre un tiroir t'as des kinder
Physio : Je dois venir chez toi alors *O*
Ahlem : t'ouvre un autre t'as des pitch

(Y a moyen de partager ? Par contre, tu es sûre que tu es à Serpentard et pas à Poufsouffle. Faudrait peut-être faire quelque chose, tout ce sucre, ce n'est pas bon.)

 

Roquefort : C'bien la bouffe :o
Mathou : Ouais mais non, pô ici :o
Ahlem : c'mon Roquefort Mathou

(Apparemment y a pas que le sucre, Alysone à un petit penchant pour le salé également ...)
 


Ah, et si jamais vous vous posez encore la question : demande à Kazga.

 

 

 

 

 

Désharmonie

 

 

Vipère deviendra Cobra

Mon image

Spinning Duo

La série Spinning Out ça vous dit quelque chose ? Non ? Il faut toujours tout faire ici, alors je vais vous la résumer. Dans cette série, on va suivre l'histoire de la famille Baker, et surtout plus particulièrement l'histoire de Katarina Baker. Katarina, autrement appelée Kat, c'est une patineuse artistique tout comme sa mère Carol et sa sœur Serena. Toutes les trois vivent dans une station de ski et évoluent entre entraînement, rivalité, amitié, amour et trahison. Je ne vais pas vous en dévoiler plus, parce que sinon je risque de tomber dans le spoil, et ce n'est pas ce que je veux. Tout ça pour dire que je me suis penchée plus spécifiquement sur certains personnages, et que j'ai décidé de réaliser des associations hasardeuses entre ces derniers et des membres de Serpentard. Autant vous dire que certaines ressemblances sont plus frappantes que d'autres.

 

Katarina Baker est un des personnages phares de la série Spinning Out, si ce n'est le personnage principal. Elle est un peu spéciale il faut l'avouer, mais c'est sûrement en partie pour ça qu'on l'aime. Vous allez me dire, la comparaison entre les deux prénoms est relativement facile à faire et très peu recherchée. Je ne vous donnerais pas tort, mais il faut bien le souligner, entre Katarina et Katalina, nous sommes très proches de la ressemblance quasi parfaite. De plus, la consonances russe des noms paraît plutôt évidente. Mais je serais clairement une grosse feignante si je m'arrêtais à cette ressemblance pour justifier cette comparaison. Katalina tout comme Katarina est une bosseuse acharnée qui ne laisse jamais tomber. Après tout, les épreuves sont faites pour être surmontées et c'est ce qu'elles s'acharnent toutes les deux à faire envers et contre tout. Ce sont deux forces de la nature que vous n'aimeriez pas la croiser sur votre chemin en tant que rivale. Enfin personnellement, ça ne me tente pas vraiment, mais à vos risques et périls.

 

Serena Baker est un personnage que j'ai personnellement du mal à cerner. Je ne saurais dire si je l'apprécie vraiment ou non. Mais il faut bien lui reconnaitre une chose, elle est un peu tombée dans une famille de fous. C'est difficile de trouver sa place entre une mère et une sœur atteintes de bipolarité quand on est la seule saine d'esprit du lot. Enfin ça, c'est encore une autre histoire. Par ailleurs, c'est encore plus difficile de trouver sa place quand notre mère est constamment sur notre dos à nous mettre la pression. Si j'ai décidé de comparer Serena à Avis, c'est surtout parce qu'elles possèdent chacune une certaine tendance à la fuite et à l'évitement. C'est loin d'être une critique, ne vous y trompez pas. Il faut être raisonnable, nous ne sommes pas à Gryffondor, et foncer tête baissée n'est pas dans notre nature. Parfois, la fuite est la meilleure des solutions, même si elle ne vous semble ne pas être un comportement honorable. Il vaut mieux fuire et revenir en force plutôt qu'affronter et vous planter lamentablement. Mais la comparaison ne s'arrête pas là, puisque la victoire fait également partie intégrante de ces deux jeunes filles. Eh bien oui, toutes les deux on des âmes de gagnante, n'en doutez pas.

 

Justin Davis, aka le canon. Bon, c'est une question de goût, mais personnellement, je lui trouve vraiment un charme. Mis à part son apparence physique, c'est vraiment une personne très douée, si ce n'est même excellente, dans son domaine, le patinage artistique. La fierté faite homme et la victoire faite patineur, il a ça dans le sang. Un peu comme Aidan d'ailleurs, quand il entreprend quelque chose, ce n'est pas pour faire les choses à moitié, c'est bien évidemment pour gagner, et un peu pour s'amuser. Tous deux très bons dans leurs domaine, le patinage pour l'un, le Quidditch pour l'autre, en voilà une belle ressemblance. Et puis, comme dirait Aileen, Aidan et fierté, ça rimerait presque. La comparaison ne s'arrête évidement pas là puisque tous deux sont également des hommes à femmes. Pour Justin c'est un fait, pour Aidan, je ne fais que rapporter ce que j'ai pu entendre. Et puis on ne va pas se mentir, l'avatar d'Aidan pourrait faire se damner un saint. Vous je ne sais pas, mais moi en tout cas, je suivrais Tom Ellis jusqu'en enfer si il le faut et sans émettre la moindre protestation.
 

Dasha Glushenko est l'entraîneuse de Justin, et accessoirement celle de Kat également puisque tous les deux patinent ensemble. Dasha c'est un peu le personnage hyper attachant de la série. C'est une femme forte avec un sacré caractère, qui s'avère être d'un très grand soutien, presque comme une mère. Dans une certaine mesure, Hellia et ses chaines pourrait tout a fait être comparée à une entraîneuse de patinage artistique un brin tyranique mais qui dans le fond ne veut que le bien et la réussite de ses patineurs. L'expression "une main de fer dans un gant de velours" leur conviendrait tout à fait. Toutes les deux sont des personnes en qui on peut avoir confiance et sur qui on peut compter. Des oreilles attentives et bienveillantes qui font tout leur charme. Une fois adopté, on ne peut plus s'en séparer tant elles se sont fait une place dans nos vies.

 

Achat n°1

 

Âme ou conscience

Le Patronus. Quel merveilleux sortilège, capable de préserver nos âmes des terribles détraqueurs. Enfin, encore faut-il en avoir une, une âme, et je connais nombre de personnes qui n'auraient pas nécessairement besoin de ce sortilège. Mais là n'est pas le sujet. On dit que le Patronus Corporel d'un sorcier est le reflet de sa profonde nature. Tous ne sont pas capables d'en produire un, mais quel serait celui de nos chers Serpentard ?
 

Camille Dubois, sorcière à l'âme meurtrie, mage noire, de surcroît incapable de produire un Patronus Corporel. Mais si elle en était capable, quel serait celui-ci ? Il semble que le corbeau se distingue parfaitement, et ce pour plusieurs raisons. La première est la ressemblance frappante entre le noir ébène de ses plumes et celui de la chevelure de Camille. Mais ce n'est pas tout, puisqu'il est généralement symbole de mauvais présage, et que les personnes croisant la route de notre mage font rarement bonne fortune. Malgré tout, tout comme le corbeau, Camille a de la prestance et des serres acérées, gare à celui qui sera sa prochaine proie.
 

Hellia St.James, ou Hellia Malitia, est plus connue pour ses chaînes que pour un animal totem. Cependant, si on se penche sur son histoire, un élément nous saute rapidement aux yeux. Notre ancienne Directrice de Maison n'est ni plus ni moins qu'une illustre Fourchelang. Alors, peut-être que je fais dans le cliché, mais je pense ne pas être trop loin de la vérité en optant pour un serpent comme Patronus Corporel d'Hellia. Le tout est de savoir lequel et, connaissant l'autorité naturelle et la ruse de la dame, j'opterai personnellement pour une belle vipère ou, à l'image de son animal de compagnie, un mamba.
 

Non, je ne ferai pas la bêtise de choisir la facilité. Ca ne serait absolument pas représentatif ni intelligent, je laisse ça aux Gryffondor. Si nous n'avons pas encore l'occasion de découvrir les aventures de Bambi, aka Bernadette - on comprend le choix d'un surnom du coup -, sa présentation impeccable nous donne de nombreux indices. Avec sa crinière ondulée, son regard pétillant, et ses fières ambitions, cette nouvelle recru a tout du splendide et royal lion. Je ne parle pas ici de la faible mascotte des rouge&or, mais bien du Roi des Animaux, fier et puissant.
 

Avec Drayryfore, la question se pose-t-elle vraiment ? Qui n'a jamais vu ses avatars et signatures sur lesquels trottent d'affreuses créatures noires aux pattes velues ? Qui ne l'a jamais entendu s'extasier sur ces bêtes horribles qui font dresser les poils à plus d'un ? Rien qu'à l'écriture de ce paragraphe, j'en ai la chair de poule, mais il s'agit bien évidemment des araignées qui traînent toujours auprès de cette barmaid. Alors, si celle-ci devait avoir un animal totem, à la hauteur de son charisme, je regarderais bien du côté des immenses et redoutables acromentules.

Quel Patronus auriez-vous donné à ces quatre sorcières ? Et vous, quel est le votre ? Y avez-vous même réfléchi ? Avouez-nous tout ça dans les commentaires, on vous attend !

 

 

 

 

 

Une tyrannie assumée

La tyrannie c'est mal. Surtout venant d'une princesse. Mais qui est donc cette princesse dont je viens tout juste de vous parler ? Ça vous intrigue un tantinet n’est-ce pas ? Nous connaissons tous la définition d’une princesse. Elle est censée être la plus jolie de toutes les filles, séduisante, galante, au petit soin pour sa personne, douce et innocente, telle une rose délicate qui s’épanouit dans la fraîcheur du matin au beau milieu de votre jardin. Une princesse tout droit sortie d’un conte de fées. Cependant, la jeune personne dont va parler cette article est éloignée de cette définition coquette. Très éloignée. Nous sommes plutôt face à une princesse tout droit sortie de nos pires cauchemars. Qui possède un charme inexistant, mais qui dirige l’équipe de la VIP avec un fouet bourré de piquants. Ouais, je vous parle bien de cette princesse-là, Aileen Verran, my boss !

Je signale que l’écriture de cet article n’a pu se faire sans un peu de sang et de combat de gladiateurs version sorcier entre la cheffe et moi… et son crapaud. Oui, elle possède bien comme animal de compagnie un crapaud. Elle essaye sûrement de se comparer au style de la Princesse et la grenouille avec une variété légèrement plus sombre et plus dégoûtante. Pourtant, ce n’est pas très bien vu de se balader avec ce genre d’animal, ce n’est pas digne de notre rang, alors pour quelqu’un qui se fait appeler princesse… Néanmoins, elle a assez de jugeote pour ne pas s’en vanter. En effet, elle cache son crapaud ici, dans nos bureaux de la VIP, sans en dévoiler son existence aux autres Serpentard en nous menaçant des pires sévices et tortures qui puissent se trouver sur cette Terre pour que l’ont s'abstienne d’en piper mot. Vous comprendrez donc le risque que j’encours et si vous ne m’apercevez pas lors de ces prochains jours, vous saurez pourquoi.

Premièrement, tu cherches un peu les ennuis lorsque tu appelles ton immonde animal Jean-Henry. C’est pas non plus l’un des rois de France, on se calme. Même s’il se considère sans doute comme tel. Notre cheffe ne trouve rien de mieux que de nous l’envoyer, tel un chien de garde, dans nos pattes afin de vérifier si notre boulot est effectué correctement dans les bureaux. Quel plaie que de devoir faire semblant de tremper sa plume dans son encrier alors qu’on aimerait tellement mieux mater les tablettes de chocolat de notre cher DDM qui trône au dessus de la porte de notre salle de travail, qu’un vieux crapaud miteux.
En plus, elle nous oblige à la vénérer de toutes nos forces en l’appelant à tout bout de champ “Princesse parfaite” “Oôôôô Princesse bien-aimée !” dès que celle-ci rencontre notre chemin. Je ne souhaite pas faire mon psychomage, mais nous pouvons déceler dans cet étrange comportement, en plus de la tyrannie, une pincée d’égo un peu trop dimensionné. Si l’on ose manquer de la saluer, elle sort son fouet piquant pour nous l'asséner sur notre derrière. Et ça fait mal.

Vous comprendrez donc le martyr que nous subissons, nous, rédacteurs et photographes au sein des bureaux de la VIP. Malgré tout, il faut avouer que cette fausse Princesse aux airs tyrannique est attachante. Enfin un peu. Et seulement elle, pas son crapaud.

 

 

 

Partenaires particuliers

Toi, jeune esclave de ton corps, qui chaque jour subit ses envies ou ses effets, toi le métamorphomage... je m'égare.

L'envie d'avoir une particularité vous a sans doute un jour prise, et pour cela il faut donc réaliser une candidature qui sera analysée, disséquée et jugée par vos sombres aurors durant une décennie. Mais que savez-vous réellement de ces particularités ? Jusqu'à quel point vous en avez envie ?
 

Coup de pied aux fesses ou thérapie ?


Rien de mieux que de frimer avec des lunettes de soleil en criant à tout va que le beau gosse de Miami, sorcier au regard charmeur et séducteur, du haut de ses douze ans, arrive à Poudlard. Élève international soit disant. Mais en vérité, ces élèves-là ne sont que de simples petits morveux trop arrogants qui ont un besoin de se sentir frais, donc il est évident que la solution c'est de changer d'école. De quitter le soleil magnifique pour la grisaille britannique. Chouette idée.
 

Prada ou Hermès ?


Si on parlait d'une particularité très peu... enviable ? Je parle bien entendu d'être fourchelang, ou autrement dit, avoir une conversation parfaitement normale avec un Serpentard et le comprendre. [RANGES TES CHAINES HELLIA JE TE VOIS] Si le fait de parler à un être magnifique doté d'écailles est génial, cela peut aussi faire des dégâts. Imaginez un seul instant que vous ayez un compagnon qui glisse jusqu'à un mage noir et là, le drame. Un nouveau sac à main avec anses argentées collection printemps-été SlytherBlack, en cuir souple vert émeraude. Avouez ça vous donne envie ?
 

Il me faudrait un passe-partout !


Difficile de le rater, c'est presque impossible de ne pas s’apercevoir de la présence de cet être d'ailleurs. Voyons, vous ne savez pas de qui je parle ? Des enfants de géant bien sûr ! Déjà, il faut s'abaisser en permanence car les personnes normales font exprès de mettre des portes à leurs tailles, ensuite, c'est compliqué partout ! La seule option c'est de prendre des gâteaux qui font rétrécir dans vos poches ! Ah on me dit que ça ne marche pas toujours, c'est une expérience à tenter, non ?

Vous vous doutez bien que ces particularités sont étudiés par votre Brigade des Aurors de manière à vous offrir la possibilité de jouer et que vous pussiez profiter au maximum, et que nous ne mettons pas un semestre à répondre, ni même que Orphée risque de finir en sac à main [NON CAMILLE LÂCHE CA TOUT DE SUITE] donc si une particularité vous fait envie, vous pouvez venir nous en parler et promis j'éviterai les blagues dessus ! Enfin, ça reste à voir mouahahah.

 

 

 

 

Stalker de retour

Ayant eu des commentaires bien sympathiques, j’ai décidé de vous faire une petite suite. Voici pour votre plus grand bonheur d’autres RP que je lis, évidemment, et pour vous, et uniquement pour vous, chers lecteurs, mes réactions. Chaque RP, comme l’article précédent aura son petit lien, et je vous encourage à aller les lire. Et oui, je vous stalke, mais n’ayez pas peur, c’est tout à fait normal. Ou pas.

Suspicions


Quand tu vois que tu as foutu le bordel dans la relation Dakota/Catherine juste en tatouant cette dernière. De rien. ET TOUJOURS PAS DE BÉBÉ POUR DAKOTA, LE PEUPLE ATTEND.

Pyramide


Quand tu te demandes pour qui le râteau mutuel a été le plus dur à supporter, Lyanna ou Draconimus ? Cela n’a donc pas suffi à cet homme de mettre en cloque une professeure de DCFM, il va voir vers la Métamorphose. BAH BRAVO.

Heurts et bonheurs d’une escapade


Quand tu es prête à faire une pétition pour que Gaichiffon propose des robes avec poche pour grenouille. C’est tout de même INADMISSIBLE.

Le retour de Jesse Riders


Comment tu vois la comédie musicale à laquelle la Ministre de la Magie prend part avec bonheur.

Ce n’est plus un secret


Lorsque tu stresses plus pour le décompte des heures que pour la situation de Clary, enfermée dans sa cage et surveillée par un elfe de maison nommée Kouky.

Le lien du sang


Lorsque tu lis enfin un RP entre enfants de 11 ans qui traduit une véritable question. Y A-T-IL UN MOYEN DE STOPPER LES RÈGLES AVEC LA MAGIE ? JK ROWLING NOUS ATTENDONS TA RÉPONSE.

Disease


Nous avons ici un RP dont le thème est le Coronavirus pour les sorciers. Alors mettez vos masques avant de le lire et ne toussez pas trop. Surtout pas sur les bébés dragons.

On n'apprend pas au professeur à lancer des bombabouses.


Quand tu imagines la tête de Jessica Wonders découvrant des bombabouses à la place de ses chocogrenouilles. Puis lorsque celle-ci se venge, et plutôt bien quelques posts plus tard. Je parie sur Jessica personnellement, elle n’a qu’à se servir d’un de ses objets de torture moldu.

Morsure de glace


Quand tu lis “J'espère que tu es au courant que tu es laide à faire peur, Petrova. Comment je vais faire pour te trouver un riche mari bedonnant & vieillissant, maintenant ?” et que tu attend le moment où Alysone va brûler ce monsieur et danser sur ses cendres.

Ombre et ténèbres


Quand tu comprends qu’Opale insinue qu’Hellia n’est autre qu’une jeune fille de joie, couchée dans son lit et employée pour son frère qui est plus proche du vieillard sénile que du jeune homme. On me murmure qu’Orphée aime les Ministres de la Magie et que sa propriétaire lui aurait demandé de s’en faire un quatre heure.

Et voilà c’est déjà fini. Ne pleure pas, je reviendrai. Peut-être. N’hésitez pas pour ça à commenter pour me le dire, car Aileen ne veut pas que je publie sans cela. Oui vous pouvez vous plaindre dans sa volière, elle adore ça. Parlez lui de Cassiopée Dubois et de clefs sinon, et vous la traumatiserez assez pour qu’elle vous laisse tranquille.

 

 

 

 

Transfuge nécessaire

Julie Lang. Sorcière désormais bien connue dans le château. Arrivée en juin 2019, son ambition n'a d'égal que son talent puisqu'elle s'est déjà imiscée dans les équipes du Professorat, des Trois-Balais, de la Bibliothèque ainsi que du Journal de sa Maison. Julie, c'est aussi une capacité sans vergogne à se dépasser et à donner une vision d'elle exemplaire, puisqu'elle n'est ni plus ni moins que titulaire des Phénix d'Or du Maraudeur et de l'Ambitieux de 2019. Non, Julie a tous les talents d'un parfait Serpentard. Il n'y a qu'un élément qui fait tâche, et vous l'avez probablement deviné. Depuis son inscription, Julie Lang est inscrite à Gryffondor. Vous avez bien lu. Il ne fait nul doute cependant qu'elle aurait plus que sa place à Serpentard et, si cette introduction ne suffit pas à vous le prouver, laissez-moi vous l'expliquer par a+b.

75 jours. Soit un peu plus de 2 mois. C'est le temps qu'il lui aura fallu avant d'obtenir son premier grade - au Gryf'Time, peut mieux faire. Il ne lui faut alors pas plus de deux semaines pour devenir Professeure Adjointe, un mois de plus pour être Serveuse, et un nouveau pour arriver dans les rangs des Bibliothécaires. Sans compter que depuis peu, elle a été promue Professeure. En 9 mois, Julie aura donc gravi les échelons et atteint cinq postes différents, preuve d'une ambition toujours plus grande, et d'un talent inéductable puisqu'elle gère cet assemblage d'une main de maître. Il ne fait nul doute que Julie est une femme ambitieuse.

6. C'est le nombre de récompenses que Julie a obtenu depuis son arrivée, sans compter ses Phénix. Il est vrai qu'en ôtant les récompenses obtenues au GT, qui ne sont pas des plus difficiles à obtenir, ni des plus méritantes, ce nombre descend à 4. Ce qui, en neuf mois, est tout de même un chiffre conséquent, surtout si on se penche de plus près sur les récompenses en elles-même. Palier des 200 points atteints au Mentorat. Elève du mois en Métamorphose. Championne de Durmstrang pour le Tournoi du Dragon. Gryffondor de la Coupe de décembre 2019. Sans oublier qu'elle est arrivée première aux points individuels de la Colonie de cet été, et tout un tas de récompenses et victoires qu'elle a manqué de peu. Il ne fait nul doute que Julie est une femme battante.

Récapitulons. 9 mois. 5 postes. 8 distinctions dont 2 Phénix. Un esprit de compétition fort, un caractère impitoyable, un talent sans pareil, une hargne incomparable. Si Julie Lang, Gryffondor au mental Serpentard, n'a pas sa place dans notre noble Maison, alors je ne vois pas ce que nombre d'entre nous y faisons. Après tout, ne sommes-nous pas la Maison de la Ruse ? Alors rusons, et dégotons les membres à l'avenir le plus prometteur et à l'épanouissement le plus certain.

PS : après écriture de cet article, il me semble nécessaire de mettre les choses à jour : il était une fois Julie qui parie à Aileen que si elle écrit un article sur elle, elle vient à Serpentard. Une fois le pari accepté, Julie raconte cette histoire à un de ses amis Serdaigle que je ne nomerai pas, et Artus - oups - lui tape sur les doigts parce qu'un changement de Maison ne peut se faire qu'une seule fois et qu'il la veut chez lui. Julie se retire donc du pari. Je n'ai qu'une seule remarque à faire sur cette histoire : l'idylle naissante entre ces deux membres, info ou intox ?

 

 

 

Quand les masques tombent

 

 

 

Serposcope

Tu as hâte de sortir profiter de la nouvelle saison. Malheureusement, tes allergies au pollen te rendent la tâche bien difficile pour cela... De plus, ta santé fragile complique encore plus les choses et tu te retrouves cloîtré au lit sans aucune possibilité de sortir. N'oublie pas de toujours garder une boîte de mouchoirs près de toi, tu vas clairement en avoir besoin. Et surtout, garde tes microbes pour toi, tu es très contagieux, et personne n'a besoin de ça.

Finis les cours de Métamorphose, tu vas devenir trafiquant de poudre de mandragore et te faire une place dans le milieu. L'argent va couler à flot et tu ne vas plus savoir ou donner de la tête. Les clients ne vont jurer que par toi et ton succès pourrait tres bien te rendre incontournable en très peu de temps. Cependant, n'oublie pas de toujours rester sur tes gardes, un contrôle pourrait arriver et tu pourrais vite te retrouver à Askaban.

Un accident est si vite arrivé... Je te conseille de t'éloigner des bêbêtes de Drayryfore. La malchance va te poursuivre sans que tu ne puisses rien y faire et, à moins de rester cloîtré chez toi, mieux vaut regarder plusieurs fois où tu mets les pieds. Néanmoins, ta malchance pourrait bien également être une bénédiction. Si une opportunité se présente suite à un malencontreux accident, fonces, tu risques d'être agréablement surpris du résultat. Ne reste pas focalisé sur le mauvais, la vie possède également des bons côtés, il ne te reste qu'à les découvrir.

L'amour va fleurir dans ton coeur et dans ta vie. Ce mois-ci, tu vas te rendre compte à quel point la tentacula vénéneuse que tu croises tous les lundis matin en cours de botanique est incroyablement sexy. Le destin va placer sur ta route tout un tas de belles choses, mais attention aux embûches qui pourraient surgir sans prévenir. Ne te repose pas sur tes lauriers et fais en sorte d'être digne de la chance dont tu vas bénéficier au quotidien.

Tu vas te faire kidnapper par une horde de botrucs, devenir leur esclave et être obligé de produire des flûtes en bois pour les animaux de la forêt interdite. Certes, ça ne fait pas envie, mais si tu souhaites garder tous les membres de ton corps intact, sois organisé et appliqué dans le travail que l'on t'impose. Peut-être pourras-tu sortir vivant et grandi de cette expérience hors du commun. Tout le monde ne vit pas ce genre d'aventure, prends chaque expérience, bonne ou mauvaise, comme une chance de t'enrichir.

Tu vas très bientôt t'éclater sur le sol car une branche t'aura fait tomber. Enfin, ta maladresse est en grande partie responsable dans cette histoire. Peut-être serait-il temps de faire attention à ce que tu fais au lieu d'être constamment dans les nuages. A moins que 15 jours immobilisé avec une joli jambe dans le plâtre te tente ? Libre à toi après tout, mais tu raterais des événements importants que tu ne peux pas te permettre d'ignorer. Fais attention aux conséquences de tes actes, c'est tout ce que je peux te conseiller.

Le potager que tu auras mis des mois à faire pousser va être pris d'assaut par des Poufsouffle en manque de nourriture. Saisis l'occasion pour te venger et montrer qu'on ne peut pas venir ruiner ton travail impunément. C'est de ton devoir que de t'imposer dans ce genre de situation. Tu ne peux pas te laisser marcher sur les pieds à moins de voir toute sorte de dérive venir gangrener et pourrir ton quotidien. Tu es bien plus fort que ça, n'hésite jamais à le montrer.

La chance te sourit, un mystérieux inconnu déguisé en plante verte va t'offrir un bon pour aller te faire masser chez un troll des montagnes qui sera ravi de te voir passer sous ses mains. Fais tout de même attention à toi, qui sait où ont bien pu passer lesdites mains avant de venir se poser sur ton corps délicat. Prends toujours le temps de faire une vérification avant de bénéficier d'un quelconque service, tu risques d'avoir de fâcheuses déconvenues.

Tu vas vivre la plus grande honte de ta vie. En effet, la hyène d'Alysone va dégoter de ta valise un énorme livre de recette sur les meilleurs mets français. Ta réputation de sérieux Serpentard va en prendre un coup ! Cependant, n'oublie pas que ce qui ne tue pas rend plus fort. Sers-toi de cette honte pour te rattraper et prouver à tous que tu mérites amplement ta place chez les verts et argent. Rien n'est jamais trop tard, tu pourrais même surprendre beaucoup.

En amitié, cela ne va point fort. La seule visite que tu reçois est celle d'une souris éventrée ramenée par ton animal de compagnie. Oui, c'est clairement une visite dont tu te serais bien passée. Non, tu n'es pas désespéré à ce point-là pour apprécier ce cadeau. Sors de ta grotte et prends le temps d'aller vers les gens. Choisis correctement ton entourage et tu verras tes relations considérablement s'améliorer. N'aies pas peur de sortir de ta vie les gens toxiques et pense à toujours aller de l'avant, tu verras, c'est salutaire.

Ce début de nouvelle saison va être rude pour toi. Ton animal de compagnie va tomber gravement malade, ta grand mère va avoir un accident d'éruptif et tu vas mal mettre en place tes cache-oreilles lors de ton cours sur les mandragores.. Espérons que ça ne soit que des bébés ! Malgré tout, tu ne dois pas te décourager. Prends la vie à bras le corps pour ne pas sombrer dans un désespoir qui ne t'apportera rien de bon et ne regarde jamais en arrière. Même si tu à l'impression que tout va mal, les choses vont s'arranger, n'en doute pas. Peut importe le temps que ça prendra, ce n'est pas ça qui compte.

Un merveilleux soleil va éclairer ta vie ce mois-ci. Ton pire ennemi va se retrouver avec le crâne rasé et il y aura une réduction sur la poudre de mandragore chez ton dealer préféré. C'est le moment d'en profiter, la vie te sourit alors ne perds pas de temps et réalise tes plus grands rêves. L'occasion ne se représentera peut-être pas de sitôt, ça serait dommage de laisser filer ta chance. Mais attention, toute les bonnes choses ont une fin et les excès ne seront pas en ta faveur.

 

 

 

16 fév. 2020

Éditorial

Bonjour, bonsoir, bonne nuit à tous !

C'est aujourd'hui avec plaisir que l'équipe et moi-même vous offrons cette édition de la VIPère, et nous espérons de tout cœur qu'elle vous plaira. Je tiens à remercier tout particulièrement Katalina qui m'a beaucoup aidée, notamment pour la publication. Sans elle, cette VIP n'aurait pas été ce qu'elle est ! Comme un remerciement n'arrive jamais seul, je vais remercier dès à présents aussi une candidature de rédacteur que nous avons reçu il y a peu, et qui nous a convaincu de laisser le postulant venir, ou plutôt revenir dans nos rangs, il s'agit de... Matthias Potjed, dont vous pourrez découvrir des articles dès cette édition !

Malheureusement, si Matthias entre dans nos rangs, ce sont deux rédacteurs de talent qui en sortent, et je souhaite personnellement bonne continuation dans les méandres du château à mes prédécesseurs Alysone et Aidan, en espérant vous recroiser bientôt dans les couloirs.

Sur ce petit lot d'annonces, je vous souhaite une bonne lecture, et vous retrouve dans les commentaires !

 

 

 

 

 

Pile, Face, ou la Pièce ?

Profitons de La Saint-Valentin. Et si on parlait un peu de nous ?

Nous sommes des enfants, des adolescents, des adultes, des frères, des soeurs, et même parfois des parents, des orphelins, des adoptés, des grands, des petits, des beaux et des moches, des moyens même, ou encore des familles, des communautés, des groupes, une société. Nous sommes des grands fans de la saga, ou des petits, parfois des moindres. Nous sommes des Serpentard, rusés, ambitieux, fiers, malicieux. Mais nous sommes un peu Poufsouffle, un peu Gryffondor, et un peu Serdaigle. Avant tout, nous sommes, des êtres humains. Doués de logique, de créativité, de sentiments, du meilleur, comme du pire. Dans les bons moments, comme dans les mauvais. Nous sommes des humains, doués de compréhension, d’émotion, de trahison, d’atrocité, de manipulation.

 

Imparfaits. Pardonnés ?

 

Notre esprit divague entre deux mondes subjectifs et ne retrouve pas toujours son chemin. Et même, parfois, nous décidons de faire des choses sans vraiment comprendre, sans vraiment apprendre. Il arrive que notre bestialité nous rattrape pour nourrir nos côtés les plus obscurs et il arrive que le petit ange sur notre épaule fasse son travail, et nous arrête en chemin.

 

Qu’est-ce qu’on ferait sans conflits ?

 

Sans conflits. Dans une éternelle lumière on vivrait, de bonté, de pain et d’eau fraîche. On vivrait en paix. Et la plupart du temps c’est le cas, non ? On essaye d’être agréable envers les personnes à qui on tient, et pas désagréable avec les personnes qu’on apprécie moins. On enchaîne les bonnes actions, les petits services, les petites attentions, on se sent bien, utile. On se dit qu’on est quelqu’un de bien, qu’on répand le bien.


Et puis, d’une certaine manière on est récompensé, déjà par notre conscience qui nous dit qu’elle est très fière de nous, comme quand on arrive à aller au sport 4 fois par semaine. Elle nous dit qu’on a aidé des gens, qu’on a été là pour eux, que c’est important. Et puis, on est récompensé par les autres, qui eux aussi nous aident, nous remercient, et avec le sourire en plus ! C’est gratifiant de se sentir utile, de se sentir aimé, apprécié. Et c’est appréciable d’être entouré, considéré, ou encore de ressentir l’appartenance à un groupe, à une communauté. Mais pour certains, un monde sans conflit, paisible, blanc immaculé, représente un idéal qu’on atteindra jamais. Et pourtant... Quand tout va bien, on se dit que forcément une bombe va nous frapper de plein fouet et éteindre cette pièce si rayonnante. Aucun présage, mais on se prépare tout de même à la recevoir, comme cette lettre que l’on attend depuis longtemps. Ne serait-ce pas parce que d’un côté, on le voudrait ? Même lorsque tout va bien, on arrive à se plaindre de choses insignifiantes qui demain n’auront aucune importance. Peut-être parce qu’on en a tout simplement envie ?


Et puis, on finit par s’ennuyer. Notre esprit a besoin de stimulation perpétuelle. S’enfoncer dans cet ennui et s’y complaire serait en soi une défaite, un abandon de liberté. Le plaisir, la gentillesse ou le partage sont certes des choses qu’il est bon de côtoyer un temps, mais ce n’est pas suffisant à long terme.


Nos plus bas instincts vivent en nous. Ils veulent se nourrir, ils veulent sortir et empiéter sur le reste ; ils veulent le pouvoir, la domination, la supériorité. Mais ils font partie de nous. Le petit démon est toujours là sur l’épaule, à dire des phrases comme “Et si.. “, “Tu pourrais…”, “Prends le pouvoir.. prends.”. On s’efforce de résister à cette tentation, celle de blesser, manipuler, trahir, qui nous fait nous sentir bien, mais qu’on finit par regretter. Nous nous sentons forts, supérieurs et il nous arrive de ne pas vouloir que cette soif de puissance s’évapore.


L’autre aussi, la ressent. Lui aussi, ses bas instincts lui font de l’oeil. Et lui vous répond “Pourquoi t’as fais ça ?”. Et lui s’en va le plus loin possible de nous... Parce qu’il a mal. Et surtout parce qu’il ne veut plus jamais avoir mal. Du moins, c’est ce qu’il croit ; vient un moment où nous avons trop fait le mal, trop fait souffrir, et la seule amie qu’il nous reste est la solitude.


Qu’est-ce qu’on ferait, seuls ? L’homme, créature sociale en recherche constante de domination, peut-il réellement asseoir son pouvoir sur une assemblée vide ? Peut-il encore satisfaire sa profonde envie de pouvoir une fois après que son public ait déserté ? Alors, une fois que le grand méchant se retrouve seul, les gentils se réunissent pour passer du bon temps entre eux, entre amis. Débarrassés de la menace que représentait cet être de domination, ils peuvent enfin vivre en paix. Est-ce réellement ainsi que cela se passe ? Y’a-t-il d’un côté ceux qui souffrent, et de l’autre ceux qui font souffrir ?


Une catégorie n’arrivera jamais à définir un être humain dans son intégralité. Celui-ci ne pourra jamais être uniquement blanc, ou noir. Tout comme il ne pourra jamais être seulement bon, ou mauvais. Ressemblerions-nous, alors, à des codes barres ? Et puis quand on passe le décodeur infrarouge, ça fait bip, et le prix s’affiche ? “Oh toi tu as trahis ta meilleure amie, 10,5€”. “Par contre toi tu as toujours été gentil avec ta grand-mère : 50€”. Cela paraît totalement irréaliste, mais c’est pourtant représentatif des jugements qu’on porte au quotidien.Puisque nous sommes tous gris, d’une nuance unique pour chacun, pourquoi construisons-nous l’illusion que l’autre est entièrement blanc ou complètement noir ? Et quand la réalité refait surface, nous sommes désarçonnés. Nous n’y croyons pas.

Une action ou une parole ne pourra jamais définir un être humain dans son intégralité, tout comme un passé ne pourra jamais le faire. Je le sais, tu le sais, il le sait, vous savez, ils le savent. Nous le savons. Telle est notre conjugaison.

Nous payons nos erreurs, à chaque instant. Au travail, en amitié, en amour, comme sur Poudlard12 ou à Serpentard. Rejet, humiliation, solitude, isolation, culpabilisation, isothermie, dégoût, dystopie, déprime. Et pourtant, on continue d’en faire, encore et encore. Et on apprend, parfois dès la première erreur, et parfois au bout d’une centaine. Quand on fait une erreur, on s’en rend compte toujours trop tard. On aimerait tous pouvoir revenir en arrière. Défaire, refaire. Comme pour une vidéo dont on peut modifier le message, l’ordre, les images, les musiques, les ressentis, on voudrait pouvoir retoucher nos défauts et nos envies. En quelque sorte, ce serait conserver une emprise sur nous-même et sur les autres.

Mais penser qu’on peut exercer ce contrôle permanent est irréaliste. Il faut parfois lâcher prise, accepter de s’en remettre au jugement de l’autre. Il peut alors décider de pardonner. S’il ne peut oublier complètement, il peut tenter de passer outre, ou bien à la mémoire des jours heureux passés ensemble, ou bien à l’espoir qu’ils reviennent. Et lorsque c’est à nous de pardonner, lorsque c’est l’autre qui remet son sort entre nos mains, nous avons le devoir de le manier avec précaution et d’écarter la rancoeur en surface. Nous devons toujours nous mettre à la place de l’autre, car nous pouvons tout comprendre, avec un peu de volonté. Nous pouvons concevoir que nos paroles peuvent blesser, comme on peut entendre que quelqu’un n’a pas voulu être blessant. Faut-il encore que nous le voulions.

C’est difficile, de dire la vérité. Encore plus de devoir la subir. Et plus encore de se sentir vulnérable devant elle, comme un glaive qui vient s’abattre sur notre illusion protectrice. Cette piètre mise en scène soignement créée par nous-même, ayant pour unique objectif de nous sentir confortable, peut être balayée d’un seul mot. Et ce, parfois parce que cette même vérité est alimentée par des sentiments bien plus complexes, comme la honte. Mais pourquoi, par Salazar, devrions-nous avoir honte de nos ressentis ? Pourquoi avons-nous honte de quelque chose qu’autrui peut comprendre ? Qu’autrui a déjà ressenti ? Ou qu’il a même déjà fait ?


Vivre dans le paraître ou vivre dans la vérité ? Vivre dans le semblant, ou vivre dans la sincérité ? Vivre comme un être humain, ou comme une machine ? Vivre en apprenant à se contrôler ou vivre dans la désinvolture ? Faire un choix ou maintenir un équilibre ? Peut être, faire le choix de maintenir l’équilibre. Peut être, faire le choix de s’accepter, pour accepter les autres. Peut être communiquer pour comprendre. Comprendre, pour accepter. Accepter, pour avancer.

 

Que sommes-nous sans les autres ?

 

Nous nous reflétons les uns dans les autres, et nous ne cessons d’apprendre en nous regardant dans ce miroir qu’est la dualité. Nous sommes un, mais nous sommes plusieurs. Nous sommes tous importants, nous avons tous notre individualité, nous sommes tous pareils comme uniques en même temps. Mais avant toute chose, nous sommes une famille.

 

Une famille se déchire parfois, mais elle se pardonne ; même si ça prend du temps.

 

PS : Nul besoin de commenter, si votre intention n’est pas d’émettre votre sincérité.
Signé : La team K.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ambition, où es-tu ?

 

Vous le voyez par vous-même. La Salle Commune n’est plus qu’une ombre. C’est un cycle de notre Maison, cela arrive, mais pourquoi ? Comment se sortir de là ?
 

Grâce à vous.


Mes Chers Serpentard, il est temps désormais. De s’unir de nouveau, de former une seule et même entité et remettre notre noble Maison sur le chemin de la grandeur. Il est de retrouver notre trône et notre ambition et de montrer à tous que Serpentard n’est pas mort. Nous renaîtrons de nos cendres, plus forts, plus vivants et plus ambitieux qu’avant.

Désormais, il faut que chacun d’entre nous se rappelle pourquoi nous sommes dans la Maison de la Ruse, pas seulement pour le magnifique blason qui orne nos profils, mais pour la grandeur et l’unité que nous formions il y a encore quelques mois grâce à notre Equipe de Maison.

Des hauts et des bas arrivent, à toutes et tous, c’est malheureusement vers le bas que nous avons été tirés ces dernières semaines, qui ont joué un rôle important dans notre descente aux enfers, mais c’est à nous de nous remettre sur le bon chemin. Celui de l’Ambition. Ne sommes-nous pas des personnalités avec un potentiel extraordinaire ? Nous avons des membres émérites qui se battent chaque jour pour que l’on sorte de cette mauvaise passe. Je pense particulièrement à Hellia, qui a réussi à garder cette solidarité entre membres que l’on ne peut retrouver ailleurs, ce plaisir d’être tous ensemble et de jouer de sales tours et surtout le partage. Ne jouons pas avec le feu en laissant couler la Maison simplement parce que chacun attend un signe de vie. Sortez de votre vivarium.

C’est important de rappeler que nous sommes toujours unis, que nous nous soutenons les uns et les autres, et que notre Maison est la seule qui ne mérite pas un rasage complet, alors levez-vous mes camarades et battez-vous afin que Serpentard retrouve sa puissance d’antan !

 

 

 

 

Stalkeur un jour, stalkeur toujours !

 

Vous le savez, un de mes rares plaisirs sur P12, non ce n’est pas d'enflammer tout ce qui bouge, c’est bien de lire vos RP. Je scrute le Monde Magique, à la recherche d’histoires, de partenaires, et surtout de lecture. Et puis souvent, j’ai des réactions à vous lire. Alors pour vous, mesdames, messieurs, je vais vous entraîner pour une courte période dans mon monde. Bienvenue chez les Stalkeurs Professionnels !

Note : Chaque RP cité aura son petit lien, je vous encourage à aller les lire, évidemment!
 

Quand je vois un rp avec : deux Loup Garous, une troisième oeil et .... un Serdaigle. Non promis ce n’est pas le début d’une blague. Et surtout que ce dernier cherche clairement à se faire tuer, oui parce qu’il sort ÉVIDEMMENT un soir de pleine lune. Je vous ai déjà dit qu’il y avait deux Loup-Garous ?

 

Quand tu lis qu’Aidan le sang-mêlé est au final un sang-pur, et qu’il ne le sait même pas lui-même. Après avoir évidemment englouti son poids en whisky, avoir été capturé par une blonde plus ou moins psychopathe. Oui oui.

 

Quand tu attends désespérément que Dakota accouche dans les bras de son copain/père de l’enfant pour qu’ils finissent de se disputer sur le sexe du futur marmot.


 

Comment tu vois le marché noir de potions de Åshildr lorsque Noah vient la voir.

 

Quand tu lis “« Des Veaudelunes ! * s'exclama l'élève en entendant ce nom * Maman adorerait en avoir pour ses rosiers, il paraît que ça fait du très bon engrais ! »” et qu’un court instant tu penses qu’Avis vient sérieusement de dire que sa mère tuait des Veaudelunes pour en faire de l’engrais, devant la professeure de DCFM et surtout Magizoologiste. Avant de réaliser qu’elle parle de leur excréments.

 

Quand tu lis “Elle se leva souplement, sans lâcher sa main, et s'accroupit doucement devant lui, ses yeux jetant des éclairs.” Et qu’un instant, tu doutes avoir loupé un indice d’une scène interdite aux mineurs, imminente. En même temps, ils se sont pas vu durant 5 ans, on peut les comprendre.

 

Quand Hope se prend un Silencio dès son premier post. Le respect est mort les enfants.

 

Quand tu attends le vrai fight entre Michael et Catherine pour le coeur de Shannon. Oui parce qu’on veut évidemment plus qu’un coup de poing dans le nez. Elle est où la riposte ?

 

Quand tu lis qu’une relation amoureuse sur P12 peut mêler Legilimancie sans verser dans la torture. Oui ce rp est juste mignon. Et des fois ça fait du bien.

 

Des corps, des cadavres, des cadavres mutilés et sans langue, berk berk. Il vaut mieux que vous lisiez ce rp avec le coeur bien accroché, parce que moi j’ai eu cette tête.


 

Quand tu ne veux pas croire que Proventus Tal Moundine est juste un vieux papy fatigué. Il cache forcément quelque chose, vous verrez.

 

Si vous voulez un autre article du même genre, j’ai encore beaucoup beaucoup beaucoup de RP en réserve, n’hésitez pas à le dire avec un commentaire. Ou même si vous aussi, vous avez des réactions en lisant les RP des autres.

En tout cas, faites attention, je lis tout!
 
 
 
 
 
 

Le cobra idéal

Il était une fois...

Tout le monde se souvient de sa première fois n'est ce pas ? Des sensations que cela nous a procuré, l'excitation qui montait crescendo… Je veux bien entendu parler de sa première escapade dans notre si merveilleux château.
 

Bande de détraqués du cerveau.



Souviens toi de cette journée-là, lorsque tu n'étais encore qu'un jeune noob perdu dans un océan de découvertes, de surprises, de stupeurs, de consternations devant des P12iens tous plus cinglés que les autres, mais gentils quand même, à une exception près, les Serpentards. Mais ça tombe bien car tu en es un. Et pas un simple Serpentard, tu es un noob. Un noob Serpentard. Un noob Serpentard prêt à ni…

Aileen : HUM HUM. T'emballes pas trop mon mignon.
 

…prêt à te défoncer pour ta Maison. Pour ainsi dire remplir toutes les conditions requises pour devenir le Meilleur Pointeur et finir premier dans tous les classements possibles.

Sauf celui du plus gentil, of course.

Heureux de te torturer l'esprit, le noob que tu es se dirige dans la salle que désertent tous les Serpentard, la salle de cours. Cette salle qui a le parfum du savoir, qui semble dégoûter le moindre petit serpent. Les quelques Serpentards encore vivants et ayant survécu à l'épreuve de la salle de cours te dissuadent d'y rentrer dans un langage incompréhensible d'où ressortent les mots « fatal » et « liquéfaction » . Néanmoins, tu as toujours rêvé de suivre des cours de magie, te perfectionner, notamment sur les sortilèges interdits, dont l'Imperium afin que ton petit frère fasse tout ce dont tu désires.. Oui.. Un beau rêve dans lequel tu es impatient de plonger, qu'importe le prix à payer. Tu vas faire péter le compteur de pointage.

Tu le sais, tu le sens, tu es le meilleur.

Tu vas y rester pendant des heures et des heures, des jours et des jours jusqu'à ce que tu sentes ton âme innocente te quitter et tu finiras par en sortir pour rejoindre tes camarades dans la salle commune. Tes camarades compatissants car ils se doutent bien que ton compteur de pointage tourne au maximum à ce moment même. Dès que ton orteil poilu traverse la porte de ta salle commune, tu vas être harcelé, bombardé même de bienvenue en tout genre pendant des jours, des anciens désespérés de voir un noob franchir la porte.

Là, tu es roi.

Oui oui.. Tout le monde va se comporter avec toi comme si tu étais le prince des ténèbres en personne. Petit massage des pieds, chocolat chaud servi par le DDM en personne, la préfète qui va te faire des yeux de merlan frit pour que tu voles vers la salle de cours afin de ramener le max de points de Maison. Ainsi dire, on va te séquestrer le plus longtemps possible.

Mais tu ne le sais pas encore.

Le rêve va se transformer en cauchemar. Tes yeux brillants vont devenir aussi terne que les nôtres. Mais finalement, lorsque tu peux aller embêter continuellement un petit Poufsouffle de première année, ça n'a pas de prix n'est-ce pas ? Donc tu vas rester. Avec nous. Pour toujours. Hanté par des heures et des heures dans la salle de cours. On t'avait prévenu. Il fallait pas y aller.

Toutefois.

Il est vrai que le parfum qui se dégage de la salle de cours nous fait devenir accro. Donc on y va. Lecture du cours, devoir, envoi, correction... La même rengaine encore et encore. C'est une drogue impossible à se défaire pour le noob que tu es. Mais ton immunisation face à ce doux parfum va se réaliser. Prochainement. Très prochainement. Jusqu'à ce qu'on te bouge les fesses, en fin de coupe, trois jours avant le final (ouais sinon c'est pas drôle) pour que tu ailles te jeter dans la gueule du loup dans la salle de cours. Et ils vont s'y jeter avec toi. Pourquoi ? Car on est jamais réellement immunisé et qu'on restera toujours un peu noob toute notre vie. Un noob évolué en quelque sorte.

 

 

 

 

 

 

Le froid des cachots

 

Oui, encore un article bateau. Un papier qui vogue sur la flaque qu’on appelle banalité médiocre. Matière usitée à l’excès, voilà le sentiment d’une bleue chez les Serpentards (quand je dis bleue, j’entends bien sûr novice, néophyte, nouvelle). Ce qui va suivre n’est rien de moins qu’une sorte de récap' raté, écrit au fil de ma pensée, uniquement pour vous faire souvenir, à vous, anciens, vieux de la vieille, croulants, ce que c’est que d’arriver dans cet endroit que vous côtoyez maintenant depuis longtemps.

Qui, sur Terre, se dit : « je suis Serpentard dans mon existence quotidienne » ? Qui peut affirmer à travers vents et marées que cette Maison lui convient parfaitement, sous tous ses aspects ? Qui est fier de cette Maison qui abrita de tout temps, des plus grands aux plus risibles mages noirs ?

Pas moi.

Franchement, au départ, j’étais là, désemparée suite à cette mascarade de répartition, persuadée d’être envoyée à Poufsouffle ou à Serdaigle (pas Gryffondor, nan, trop fade). Mon premier réflexe fut de me dire que le Choixpeau buguait, ou bien blaguait. Je ne me suis pas dit à un seul moment : « à bah ouais, la ruse, le pragmatisme froid et l’ambition à outrance, c’est carrément moi ». Mais plutôt que de geindre, de me morfondre, de piquer des crises auprès du personnel, j’ai pris une longue inspiration, j’ai serré les fesses et je suis entrée chez les vert&argent.
 
Tout d’abord, les cachots. Les cachots.


Si je voulais continuer sur ma métaphore filée marine, j’aurais tenté un truc avec cachalot. Franchement, les cachots, ce n'est pas glamour. En général, ça pue, il fait froid, c’est humide, et puis ce n’est décidément pas bon pour entretenir mon teint halé. Les cachots, c’est ce cliché, ce repère de méchant-pas-beau qui établit ses plans pour détruire le monde. Il faudrait peut-être se poser la question, se demander si ce n’est pas parce qu'on relègue les Serpentards aux cachots qu’ils sont méchants, envieux et le teint cireux. Pas de cuisine toute proche, pas de vue magnifique, mais les lueurs froides et creepy du lac sur les murs. Mais passons sur le cadre, et laissons nous emporter par la vague d’effervescence, par la vivacité des vipères dans leur nid.

Figurez-vous que les serpents sont soumis à la thermorégulation. Je vais vous la faire courte, en gros, quand il fait froid, c’est compliqué d’être un reptile. Et au cœur de l’hiver, dans des cachots, ça caille. Condition climatique mauvaise signifie donc absence d’activité, seule explication viable à ce désert arctique de la salle commune. Et se présenter dans des conditions aussi exécrables, c’est naviguer sur une mer plate. Mais mieux vaut flotter sans grâce que de couler en beauté, et mon introduction est passée comme une lettre à la poste (pas comme les métaphores et expressions vaseuses utilisées dans cet article), et j’ai rejoint les bancs sans faire de vague.

Les vagues étaient plutôt causées par ces cailloux lancés à la mer. Ces démissions que je ne comprenais pas, trop occupée à aller en cours de vol ou DCFM telle la fayotte que je suis, étaient peut-être le reflet d’une vie reptilienne en extinction. Et puis j’ai mis le pied dans la cave, repère de vipères en tout genre. La cave, un endroit étrange, et je pense qu’aucune Maison ne réussit cet exploit que de débattre avec une ferveur et une énergie incroyable pendant des heures. Hypnotisée par ces joutes verbales, ces coups sans retenu, cette violence dans les propos, cette tempête monumentale, je me suis discrètement installée dans cette atmosphère qui me rappelle les débats aux repas de famille (je vous laisse choisir qui est la tata raciste et qui est le vieux aigri), et en soupirant de contentement, je me suis sentie comme à la maison.

En l’espace de quelques semaines, en passant du cachot sordide à la cave étrangement chaleureuse, en déambulant dans les couloirs après une torture un entraînement de Quidditch, la chose dissimulée en moi a mué.
C’est avec une grande fierté, qu’aujourd’hui, je me reconnais de la Maison Serpentard : dans sa capacité à parler avec passion, à faire preuve d’ambition, de fierté, de ruse, et bien sûr sa capacité à s’adapter quoi qu’il arrive.

Même au froid des cachots.
 

 

 

 

- page 1 de 60